Transport Canada doit exiger que les navires ralentissent dans le détroit de Cabot pour protéger l’une des baleines les plus menacées au monde | Oceana Canada

Transport Canada doit exiger que les navires ralentissent dans le détroit de Cabot pour protéger l’une des baleines les plus menacées au monde



2021-05-27

OTTAWA - Pour la deuxième année de suite, Oceana Canada a constaté que la majorité des navires ne respectent pas le ralentissement volontaire établi pour protéger les baleines noires de l’Atlantique Nord, une espèce gravement menacée, dans le détroit de Cabot. Transport Canada doit prendre tous les moyens possibles pour protéger les baleines noires en rendant ce ralentissement obligatoire.   

À l’aide des données de Global Fishing Watch recueillies dans le cadre d’une analyse pluriannuelle en cours, Oceana Canada publie aujourd’hui les résultats d’une semaine sur la vitesse des navires dans la zone de ralentissement volontaire du détroit de Cabot. Le détroit de Cabot est un passage incontournable pour les baleines noires qui migrent vers le golfe du Saint-Laurent à la recherche de nourriture.

De tous les transits, 64 % (ou 65 transits sur 101, par 58 navires) n’ont pas respecté le ralentissement volontaire à 10 nœuds entre le 28 avril et le 4 mai, soit la première semaine de 2021 où cette mesure était en place. La plus haute vitesse observée fut 17,4 nœuds ; ce résultat est bien pire que ceux de la même semaine en 2020, la première année du programme, alors que 55 % des transits n’avaient pas respecté le ralentissement (67 transits sur 122, par 56 navires).  

Oceana Canada exhorte Transport Canada à rendre le ralentissement obligatoire dans le détroit de Cabot, et ce immédiatement.  

« Malgré qu’une baleine noire ait été aperçue dans le détroit de Cabot le 26 avril, soit deux jours avant l’entrée en vigueur du ralentissement le 28 avril, et qu’il s’agisse de la deuxième année du programme, la conformité des navires demeure désespérément faible. Si ce ralentissement n’est pas rendu obligatoire, ces baleines en danger critique d’extinction, y compris les mères avec leurs baleineaux, risquent d’être tuées ou blessées par un navire » a déclaré Kim Elmslie, directrice de campagne pour Oceana Canada. « Nous demandons à Transports Canada de mettre en place en 2022 des mesures obligatoires avant le 28 avril, avant l’arrivée des baleines, afin de protéger le plus possible les baleines noires contre les collisions avec les navires. » 

Il reste moins de 360 baleines noires de l’Atlantique Nord ; cette espèce est au bord de l’extinction. On a recensé 21 décès connus de baleines noires dans les eaux canadiennes entre 2017 et 2020.

Plus le navire est lent et petit, plus la probabilité qu’une baleine survive à une collision est élevée. Une étude a démontré que le ralentissement de la vitesse des navires à 10 nœuds ou moins peut réduire de 86 % la létalité d’une collision. D’autres recherches ont montré que le respect des ralentissements est nettement plus élevé lorsque la mesure est obligatoire. 

« Nous craignons que le ralentissement volontaire ne décourage la conformité et ne confère un avantage injuste à ceux qui l’ignorent. C’est pourquoi Transports Canada doit rendre le ralentissement obligatoire tout au long de la saison, c’est-à-dire pendant toute la période où l’on sait que les baleines sont dans la zone » a déclaré Mme Elmslie.

En février 2021, Oceana Canada a publié Au bord de l’extinction : protéger les baleines noires de l’Atlantique Nord. Pour plus d’informations à propos de l’analyse des données et en savoir plus à ce propos, visitez oceana.ca/fr/le-detroit-de-cabot

Contacts: Tammy Thorne, Oceana Canada, tthorne@oceana.ca, 437-247-0954 et Kathleen Munro, Pilot PRM, kathleen.munro@pilotpmr.com, 902-789-3165