Noyés dans le plastique : un nouveau rapport démontre que le Canada contribue au désastre mondial du plastique de manière disproportionnée | Oceana Canada

Noyés dans le plastique : un nouveau rapport démontre que le Canada contribue au désastre mondial du plastique de manière disproportionnée



2020-09-28

Oceana Canada exhorte le gouvernement à agir dès maintenant et bannir les plastiques à usage unique inutiles​.

OTTAWA - Un nouveau rapport d’Oceana Canada, publié aujourd’hui, démontre que le Canada est un pays plastique. Le Canada génère un énorme volume de déchets plastiques, qui contribue de manière disproportionnée au désastre du plastique qui étouffe nos océans et les animaux marins. Ce rapport indique aussi comment le gouvernement canadien peut aider à renverser la vapeur sur l’une des problématiques environnementales les plus urgentes, en commençant par respecter son engagement d’interdire les plastiques à usage unique inutiles d’ici 2021.

Le Canada utilise 4,6 millions de tonnes métriques de plastique chaque année, soit environ 125 kg par personne. Selon les prévisions, ce volume continuerait d’augmenter pour atteindre plus de 6 millions de tonnes métriques en 2030. Une comparaison mondiale démontre que le Canada génère neuf fois plus de déchets plastiques par personne que l’Inde, jusqu’à 3,6 fois plus que certains pays de l’Asie du Sud-Est, et jusqu’à deux fois plus que certains pays scandinaves.

Quelques faits saillants du rapport Noyés dans le plastique : le Canada doit cesser d’alimenter le désastre mondial du plastique:

  • Chaque année, plus de 70 % du plastique que nous consommons, soit 3,3 millions de tonnes, est jeté. Environ la moitié de ces déchets provient d’emballage à usage unique.
  • Le recyclage n’est pas une solution viable. À peine 9 % du plastique a été recyclé. 87 % des déchets plastiques que nous croyons envoyer au recyclage se retrouvent à l’enfouissement et dans l’environnement.
  • Le Canada a exporté environ quatre millions de tonnes de déchets plastiques au cours des 30 dernières années, soit l’équivalent en poids de 800 baleines bleues par année. La plupart de ces déchets sont exportés vers des pays d’Asie qui ne sont pas équipés pour les traiter, et qui les refusent désormais.

Puisque le Canada possède fièrement le plus long littoral du monde, touchant à trois océans, nous avons une responsabilité nationale et mondiale, tout comme une excellente opportunité, de faire preuve de leadership et d’offrir aux Canadiens ce qu’ils veulent : des choix sans plastique.

« Le Canada doit s’éloigner du système de gaspillage actuel où le plastique, un matériau conçu pour durer éternellement, est produit, utilisé une seule fois puis immédiatement éliminé. L’approche actuelle, qui consiste à recycler peu, à exporter nos déchets plastiques à l’étranger et à transférer la responsabilité aux consommateurs, est dispendieuse, irresponsable et peu efficace ; et n’aide en rien à résoudre ce fléau, » affirme Kim Elmslie, directrice de campagne chez Oceana Canada.

En juin 2020, un sondage d’Abacus Data fait au nom d’Oceana Canada a révélé qu’une grande majorité de Canadiens (87 %) est préoccupée par la pollution plastique et son impact sur l’environnement, et que 86 % étaient en faveur d’une interdiction nationale sur les plastiques à usage unique. Lorsque les répondants ont appris qu’à peine 9% de tout le plastique jamais produit a été recyclé, une écrasante majorité (93%) s’est dite choquée, déçue, fâchée ou surprise. Par ailleurs, jusqu’à ce jour, plus de 100 000 Canadiens ont signé la pétition d’Oceana Canada demandant au gouvernement de mettre en œuvre l’interdiction promise..

« Le désastre du plastique ne peut se résorber sans le leadership de notre gouvernement. Oceana Canada exhorte le premier ministre Trudeau et le ministre de l’Environnement Jonathan Wilkinson de mettre en œuvre une interdiction solide et significative sur les plastiques à usage unique d’ici 2021, » explique Mme Elmslie. « Le gouvernement canadien s’est engagé à protéger nos océans… poser des gestes concrets et définitifs doit faire partie du plan afin de cesser d’alimenter le désastre du plastique. »

Pour mettre fin au désastre du plastique, Oceana Canada demande au gouvernement et aux entreprises de :

1. Refuser : réaliser l’engagement de bannir les plastiques à usage unique inutiles au Canada d’ici 2021.
2. Réduire : dès maintenant, les entreprises, municipalités, universités et institutions publiques devraient proposer des options sans plastique ; en utilisant d’autres matériaux et en revenant aux emballages réutilisables et rechargeables.
3. Réutiliser : soutenir les politiques et infrastructures pour réutiliser les produits de plastique, incluant le remplissage des boissons.
4. Repenser : arrêter l’exportation directe et indirecte des déchets plastiques vers les pays en développement, et promouvoir des solutions axées sur la réduction à l’échelle internationale.

CITATIONS SUPPLEMENTAIRES:

Alexandra Cousteau, exploratrice et conseillère principale d’Oceana : « Tout comme mon grand-père, Jacques-Yves Cousteau, j’ai eu la chance de constater comment nos océans sont affectés par l’activité humaine, et comment la situation a changé au fil du temps. Aujourd’hui, l’un des plus grands problèmes environnementaux est la pollution plastique, qui remplit nos océans à une vitesse alarmante et dévastatrice pour la vie marine. La Grande zone de déchets du pacifique, découverte l’année où mon grand-père est décédé, est maintenant trois fois plus grande que la France. ».

Le Canada est dans une position où nous pouvons faire preuve de leadership et nous attaquer à ce problème. En réalisant une interdiction nationale sur les plastiques à usage unique, qui représentent près de la moitié de tout le plastique jeté à travers le pays, le Canada peut véritablement contribuer à mettre fin à cette crise de la pollution plastique. Voilà l’héritage que nous devrions laisser à la prochaine génération d’explorateurs et à notre planète. »

Alexandra Weston, DVP, Stratégie de marque et de création, Holt Renfrew : « Les océans du monde nous relient tous. Ils maintiennent la vie sur cette planète, ils nous nourrissent, et nous les détruisons. Pour sauver cette ressource vitale, nous devons résoudre le problème de la pollution plastique mondiale. Nous ne pouvons pas résoudre ce problème individuellement ; il nous faut tous travailler ensemble et nous soutenir les uns les autres. Holt Renfrew s'est engagé à faire sa part en abandonnant les plastiques à usage unique et en utilisant des emballages et des matériaux plus durables dans nos magasins et nos produits. »

Kathleen Martin, Directrice générale, Canadian Sea Turtle Network: « Les facteurs affectant la survie des tortues de mer à l'échelle mondiale sont d'une complexité phénoménale. L'élimination des plastiques à usage unique est un facteur relativement simple que nous pouvons contrôler ; il nous incombe donc moralement de le faire. Les Canadiens sont des gens créatifs, travaillants et empathiques qui vivent dans un environnement qui les rend particulièrement sensibles à la nature. Nous avons à la fois une responsabilité et, même une formidable opportunité, d'être un leader mondial dans ce domaine. Comme toutes les espèces menacées, le temps file sans cesse pour les tortues de mer. Elles ne peuvent pas attendre. Nous devons commencer dès maintenant. »

Nous vous invitons à rejoindre Kim Elmslie et Kathleen Martin le 29 septembre à 15 heures (HE) pour un événement en direct sur Instagram, intitulé Talking turtles and trash (en anglais seulement). Visitez la page Instagram d’@oceana_canada et envoyez-nous vos questions à propos des tortues de mer et la pollution plastique au Canada.

Pour en savoir plus à propos de la campagne d’Oceana Canada visant à arrêter la pollution plastique, visitez www.oceana.ca/Plastiques. Pour signer la pétition, visitez www.change.org/ArretonsLeFleauPlastique.

Pour trouver le complete rapport: oceana.ca/fr/noyesdansleplastique.

Contacts: Tammy Thorne, Oceana Canada, tthorne@oceana.ca, 437-247-0954 et Lamia Charlebois, Consultante en relations publiques, 514-581-5831, rp@lamiacharlebois.com. Documents pour les médias disponibles ici.

Oceana Canada was established as an independent charity in 2015 and is part of the largest international advocacy group dedicated solely to ocean conservation. Oceana Canada has successfully campaigned to end the shark fin trade, make rebuilding depleted fish populations the law, improve the way fisheries are managed and protect marine habitat. We work with civil society, academics, fishers, Indigenous Peoples and the federal government to return Canada’s formerly vibrant oceans to health and abundance. By restoring Canada’s oceans, we can strengthen our communities, reap greater economic and nutritional benefits and protect our future.