Oceana Canada salue l’annonce du gouvernement fédéral faisant du Banc-des-Américains une aire marine protégée | Oceana Canada

Oceana Canada salue l’annonce du gouvernement fédéral faisant du Banc-des-Américains une aire marine protégée



2019-03-06

Le 6 mars 2019 (TORONTO)… Oceana Canada salue aujourd’hui la désignation, par Pêches et Océans Canada, d’aire marine protégée pour le Banc-des-Américains, un banc sous-marin situé au large des côtes de la péninsule gaspésienne au Québec.

« Nous sommes extrêmement heureux de l’annonce faite aujourd’hui, car l’un des secteurs marins les plus diversifiés et les plus productifs bénéficie maintenant d’une protection officielle », explique Robert Rangeley, Directeur des sciences pour Oceana Canada. « Nous attendons avec impatience le développement et la mise en œuvre d’un plan de gestion qui offrira à cette aire marine la meilleure protection possible pour les nombreuses espèces qui en dépendent. »    

En 2017, Oceana Canada et le MPO ont effectué une expédition en partenariat dans le golfe du Saint-Laurent, incluant le Banc-des-Américains. L’immense richesse de la biodiversité du secteur avait été capturée grâce à un robot submersible. L’équipe de l’expédition avait ainsi pu recueillir des échantillons en plus de capturer des photos et des vidéos de la faune marine vivant dans le fond océanique. Les preuves des caractéristiques sous-marines du secteur, et une analyse approfondie des habitats et des espèces vivant dans le Banc-des-Américains, contribueront à la documentation et l’influence des plans de gestion et de surveillance exigés pour l’aire marine.

Le Banc-des-Américains est un secteur hautement fertile et important pour une grande variété d’espèces ; qu’il s’agisse de coraux structurés servant d’habitats ou de forêts d’éponges de mer, de poissons-fourrages importants tels que le capelan ou le hareng, ou encore de grands mammifères marins migrateurs comme les requins et les tortues. Ce secteur fournit également des habitats essentiels pour plusieurs espèces importantes pour la pêche commerciale, telles que le crabe et la crevette ; en plus d’espèces épuisées telles que le sébaste et la morue, et d’autres à risque, comme le loup atlantique et la baleine franche de l’Atlantique Nord.  

 « L’écosystème du golfe du Saint-Laurent est de plus en plus chargé, et les activités humaines ainsi que les changements climatiques y exercent une pression croissante », affirme Alexandra Vance, Scientifique marine pour Oceana Canada. « La désignation d’aire marine protégée est primordiale pour la protection de ces habitats et ces espèces uniques. Cette mesure permettra de développer un véritable réseau d’aires marines qui, ensemble, contribueront à la santé et la résilience de nos écosystèmes marins au bénéfice de nos communautés côtières, et ce pour les générations à venir. »

Pour en savoir plus à propos des expéditions d’Oceana Canada, visitez www.oceana.ca/fr/expeditions

-30 -

Pour plus d’informations, veuillez communiquer avec Kara-Ann Miel, Directrice des communications, Oceana Canada, 647-535-6326, kmiel@oceana.ca

À propos Oceana Canada

Oceana Canada est une organisation caritative indépendante qui fait partie de la plus grande organisation internationale vouée exclusivement à la conservation des océans. Le Canada possède le plus long littoral au monde, avec une superficie océanique de 7,1 millions de kilomètres carrés, soit l’équivalent de 70 % de sa masse terrestre. Oceana Canada croit que le Canada a une obligation nationale et mondiale de gérer nos ressources naturelles de façon responsable afin de fournir une source de protéines alimentaires pour une population mondiale en pleine croissance. Oceana Canada travaille en collaboration avec la société civile, les institutions académiques, les pêcheurs, les populations autochtones et le gouvernement afin d’aider les océans canadiens à retrouver leur santé et leur richesse d’autrefois. En assurant le rétablissement des océans canadiens, nous pourrons fortifier nos communautés, profiter de plus grands avantages sur les plans économique et alimentaire, et enfin, protéger notre avenir.