L’importance du nom des poissons | Oceana Canada

Seafood Fraud and Mislabelling Across Canada

Seafood Fraud and Mislabelling Across Canada

La Fraude Des Fruits De Mer et L'étiquetage Trompeur au Canada

L’importance du nom des poissons

Un poisson, un nom; l’importance du nom des poissons

Un poisson, un nom; l’importance du nom des poissons

Au Canada, la seule information requise sur les étiquettes des produits de la mer est un nom commercial générique et le pays d’origine. Le protocole de nomenclature des produits, basé sur la Liste des poissons de l’ACIA, regroupe plusieurs espèces différentes sous le même nom commercial. L’utilisation de cette nomenclature ambiguë peut entraîner de la confusion sur l’espèce ainsi que certaines répercussions indésirables. Par exemple, le nom « vivaneau » peut désigner plus de 200 espèces différentes; « sébaste », plus de 100 espèces; « crabe », 125 espèces; « crevette », 40 espèces; « sole », 21 espèces, et « thon », 14 espèces.30 Pourtant, ces différentes espèces ont toutes une valeur monétaire, un statut de conservation et des risques pour la santé différents. Le manque de précision dans les règles d’étiquetage des produits permet ainsi de tromper le consommateur et d’entraîner des risques potentiels pour la santé humaine, en plus de faire du consommateur un participant involontaire dans le marché des poissons pêchés illégalement ou selon des pratiques non durables.

En revanche, le nom latin scientifique de l’espèce constitue un identificateur unique pour chaque espèce. Ce nom latin est universel, reconnu dans toutes les langues, et déjà utilisé dans bon nombre de textes réglementaires à travers le monde.

Actuellement, l’Union européenne exige que tous les produits de la mer non transformés vendus en magasin et en ligne soient identifiés par leur nom scientifique, en plus d’autres données sur le lieu et la méthode de prise.

Exiger que le nom scientifique de l’espèce accompagne chaque produit contribuerait à prévenir et minimiser les instances de fraude. Par ailleurs, l’ajout de renseignements détaillés sur l’espèce (nom scientifique, méthode de production, type d’engin de pêche et origine géographique) permettrait aux consommateurs de faire des choix éclairés selon leurs propres critères de goût, de principes écologiques, de santé ou toute autre préférence.

PLUS DE 200 ESPÈCES PEUVENT ÊTRE APPELÉES « VIVANEAU »; PLUS DE 100 ESPÈCES, « SÉBASTE »; 125 ESPÈCES, « CRABE »; 40 « CREVETTE », 21 « SOLE » ET 14 « THON »

Sign the Petition
Signer la pétition