Le Canada a besoin d’une traçabilité du navire à l’assiette | Oceana Canada

Seafood Fraud and Mislabelling Across Canada

Seafood Fraud and Mislabelling Across Canada

La Fraude Des Fruits De Mer et L'étiquetage Trompeur au Canada

Le Canada a besoin d’une traçabilité du navire à l’assiette

Arrêtons de nous leurrer

Le Canada a besoin d’une traçabilité du navire à l’assiette

Malgré toute l’attention reçue par cette problématique, Oceana Canada a trouvé des niveaux élevés d’étiquetage trompeur pour plusieurs espèces à travers le Canada, avec des répercussions autant sur l’innocuité de notre chaîne alimentaire que sur l’industrie et nos océans.

Puisque la chaîne d’approvisionnement des produits de la mer est très complexe et a une portée mondiale, il est impossible de déterminer à quel moment les incidents de fraude ont lieu. Les substitutions d’espèces et l’étiquetage trompeur peuvent survenir sur le navire même, pendant la transformation, au point de vente ou à tout autre moment du processus. En fait, lors d’une étude sur la fraude des produits de la mer faite à l’échelle mondiale en 2016, la mauvaise identification et l’étiquetage trompeur ont été détectés à toutes les étapes de la chaîne d’approvisionnement.23

C’est pour cette raison que le Canada doit véritablement assurer la traçabilité complète des produits de la mer par le biais de mesures de suivi du poisson à toutes les étapes, de la capture jusqu’à la consommation.

D’autres pays ont déjà des mesures en place

L’Union européenne, le plus grand importateur de fruits de mer au monde, a déjà implanté plusieurs exigences sur la traçabilité et l’étiquetage détaillé des produits. Il est aussi obligatoire que les produits vendus comprennent l’identification de l’origine du poisson et la preuve que celui-ci a été capturé légalement.

Depuis que ces mesures ont été mises en place, l’incidence d’étiquetage trompeur en Europe a diminué de façon marquée. En effet, une analyse d’Oceana a révélé une incidence de fraude à 23 pour cent avant 2011, ayant diminué jusqu’à sept pour cent après 2014.24 Une autre étude effectuée en 2015, la plus vaste étude transnationale multiespèces sur l’étiquetage des poissons jamais faite en Europe, a obtenu des résultats similaires : une incidence d’étiquetage trompeur à approximativement cinq pour cent pour la vente au détail.25

Plus près de nous, les États-Unis ont instauré une première étape importante en instaurant la traçabilité des produits du navire jusqu’à la frontière, ainsi que des exigences relatives à la documentation des prises, pour une grande partie de ses importations depuis le début de 2018.

L’Union européenne, le plus grand importateur de fruits de mer au monde, compte plusieurs exigences sur la traçabilité d’approvisionnement et l’étiquetage détaillé des produits.
Sign the Petition
Signer la pétition